webleads-tracker

Case prison pour un auteur de faux avis

20 septembre 2018
webcd
Case prison pour un auteur de faux avis

Voilà une décision qui devrait rassurer plus d’un professionnel visible sur la toile . Comme nous le rapporte un article paru sur LE FIGARO.fr, un tribunal italien vient en effet de condamner un auteur de fausses évaluations qui sévissait sur TripAdvisor.

Voulant selon toute vraisemblance profiter de la tendance à monétiser les (faux) avis favorables, le fraudeur récidiviste avait fait de cette pratique son fond de commerce. Ainsi, sous couvert de sa société « PromoSalento », l’entrepreneur indélicat proposait à des restaurateurs ou hôteliers de booster leur e-reputation au moyen de fausses notations. Mal lui en a pris puisqu’il a été sanctionné de 9 mois de prison et 8000 euros d’amende. À défaut d’être le numéro 1 dans son domaine, le contrevenant pourra au moins se vanter d’être le premier condamné à de la prison ferme dans une telle affaire.

Une pratique répandue

TripAdvisor, partie civile dans ce procès, se félicite de cette décision. Dès 2015, La plate-forme touristique avait elle-même lancé l’enquête sur cette affaire. Force est de constater que la rédaction de fausses évaluations est une activité qui a malheureusement le vent en poupe, au grand dam du géant américain. De fait, cette pratique entache sérieusement la crédibilité du site d’évaluation et par extension de tous les acteurs du secteur. On comprend alors aisément la détermination de TripAdvisor à faire cesser de telles dérives. Dans ce contexte, ce ne sont pas moins de 60 sociétés commercialisant de faux avis qui ont mis un terme à leur activité grâce à l’action de la plate-forme de notation.

La situation en France

À ce jour, un fraudeur rédigeant de fausses évaluations en France n’encourt aucune peine de prison. Face à une réalité voulant que « 35 % des avis sur Internet ne sont pas conformes » (Source DGCCRF), les autorités compétentes se sont néanmoins saisies du sujet pour tenter d’assainir la situation. Ainsi, « la réglementation française stipule qu’ «à compter du 1er janvier 2018, toute personne dont l’activité consiste à collecter, modérer ou diffuser des avis en ligne de consommateurs devra assurer une information loyale, claire et transparente sur les modalités de publication et de traitement de ces avis».

En outre, notons que les motivations malveillantes sous-tendant la rédaction d’un faux avis peuvent quant à elles faire l’objet d’une sanction. Pour preuve, la condamnation en 2015 d’un internaute ayant rédigé un avis négatif dans l’intention évidente de nuire à un établissement. 2500 euros de dommages et intérêts et 5000 euros de frais de justice ont dû contribuer à freiner ses ambitions délétères.

Enfin, l’article souligne qu’au-delà des textes de loi à proprement parler, les certifications et autres labels peuvent constituer des gardes-fous rassurants en matière d’avis clients. C’est dans cette optique que l’AFNOR (Association Française de Normalisation) met en place des normes visant à  « fiabiliser le traitement des avis en ligne de consommateurs ».

Plus que PRO, plus que fiable

Chez Plus que PRO, l’authenticité des notations de consommateurs est la pierre angulaire de notre action. Conscients depuis nos débuts en 2014 de la nécessité de proposer des avis clients dénués de tout soupçon, nous avons mis en place un process de recueil des évaluations certifié ISO 20252. Les avis diffusés sur notre plate-forme se fondent sur des expériences de consommation avérées, sont contrôlés par un organisme indépendant, et ne font l’objet d’aucune modération. Ce degré d’objectivité et les méthodes mobilisées pour l’atteindre font de Plus que PRO une solution unique en Europe dans le domaine des évaluations clients.