La performance des différents secteurs sur les réseaux sociaux

Les actualités du digital

18 mars 2022

En 2022, quels sont les secteurs d’activité qui performent le plus sur les principaux réseaux sociaux ? Cette performance se mesure par la statistique suprême : le taux d’engagement. Nous retrouvons sur le podium des secteurs clés : le sport, les influenceurs et l’éducation supérieure. Analysons le rapport de Rival IQ qui mesure et croise les données de performance de ces secteurs au sein de la communauté numérique. Se fabriquer une audience et fidéliser, voici l’obsession des marques. Quels sont les secteurs qui performent et pourquoi ?

facebook twitter instagram

Quels sont les critères et les réseaux sociaux mentionnés ?

Rival IQ, unité d’analyse indépendante des médias sociaux, dévoile son rapport fixant « les critères de performance des réseaux sociaux en 2022 pour 14 industries majeures ». Ce process d’enquête se base sur l’analyse de trois éléments :

  • le taux d’engagement ;
  • la fréquence de publication ;
  • les types de publication.

L’analyse ne porte que sur les trois principaux réseaux sociaux exploités à des fins marketing par les marques : Facebook, Instagram et Twitter. L’étude porte sur 150 entreprises sélectionnées au hasard dans chaque secteur.

Positionnement des secteurs et taux d’engagement

La définition du taux d’engagement est la suivante : « il mesure les interactions des utilisateurs d’un réseau social, ou des abonnés d’un compte, vis-à-vis d’une publication ». Dans le domaine publicitaire, il s’agit de mesurer l’engagement des consommateurs à l’égard d’une campagne numérique
Le rapport fait l’observation suivante : le taux d’engagement global est considérablement en baisse, et ce pour toutes les industries. Hormis le sport qui pointe en première place, toujours aussi fédérateur. Les influenceurs arrivent en second, tirent leur épingle du jeu avec l’art de capter une communauté très active.
Pour résumer, le taux d’engagement par utilisateur est le plus fort dans le sport (marques, médias, etc.), il est de 0,27 %. Ensuite, viennent les influenceurs en tout genre arrivent à 0,23 %. Arrive en troisième position, le secteur de l’éducation supérieure, avec un taux d’engagement de 0,15 %.

Les fréquences de publication 

Le rapport de Rival IQ analyse les fréquences de publication parmi tous les secteurs. Les moyennes sont :

  • 5,87 posts par semaine sur Facebook ;
  • 4,55 posts par semaine sur Instagram (+ 25 %) ;
  • 5,04 tweets par semaine sur Twitter (+ 13 %).

Sur Facebook, idem, ce sont les influenceurs et le sport qui gagnent les lauriers. Ils obtiennent le meilleur taux d’engagement par publication. Et ce, avec une différence significative des fréquences de publication de ces deux secteurs. Le sport est, à nouveau, aux commandes.

Sur Instagram, le secteur de l’éducation supérieure se démarque très nettement au niveau du taux d’engagement, le tout avec une fréquence de posts très inférieure à la moyenne. Une preuve de plus que le nombre de publications ne favorise pas nécessairement l’engagement.

Enfin, sur Twitter, le domaine de l’éducation supérieure et le secteur du sport accèdent aux meilleures positions au sein de la performance d’engagement avec un très fort niveau de publication.

Et l’industrie de la Tech sur les réseaux sociaux ?

L’étude montre que l’industrie du numérique, de « la Tech » et des logiciel a une fréquence représentant :

  • 5,2 posts par semaine sur Facebook ;
  • 2,35 posts par semaine sur Instagram ;
  • 7,4 posts par semaine sur Twitter.

Le taux d’engagement du secteur des nouvelles technologies enregistrerait un taux d’engagement très précis de 0,021 % sur Facebook, de 0,593 % sur Instagram et de 0,029 % sur Twitter. Le rapport démontre, par ailleurs, que le taux d’engagement est en chute libre d’environ 50 % sur Instagram.

Enfin, les formats de posts les plus plébiscités sur les trois plateformes par les entreprises et les marques sont :

  • les posts contenant des photos sur Facebook ;
  • les « carrousels » sur Instagram ;
  • les tweets contenant des vidéos sur Twitter.

Suite à ce casse-tête statistique, néanmoins instructif, nous voyons que les marques perdent toujours davantage d’engagement organique lors de l’année 2021. D’où l’importance de mener des campagnes publicitaires numériques payantes. La fréquence de publication des marques est nettement supérieure, s’expliquant peut-être par une fuite en avant marketing. Le taux de transformation étant plus faible, les entreprises ont recours à un nombre de publications massif pour masquer cette donnée. Plus que PRO et plus généralement le secteur de la Tech observent ces données avec beaucoup d’attention. Et sont résolus à travailler de manière infatigable pour obtenir les meilleurs taux d’engagement.

Les actualités du digital

Les actus similaires

Les assurances font face à la transformation numérique
La transformation numérique repose sur la compétence humaine
Quelques astuces pour augmenter le chiffre d’affaires de son e-commerce
Le taux d’engagement, un enjeu majeur
Soignez votre présence sur les réseaux sociaux
Ramener L’humain Dans Le Digital
Protéger votre entreprise des cyberattaques
La performance des différents secteurs sur les réseaux sociaux